Avertir le modérateur

« Nos nouveaux amis... | Page d'accueil | Rien à foot ! »

02 décembre 2008

Walter Neff ce héros

"I did it for money, I did it for a woman, I didn’t get the money and didn’t get the woman..." (Walter Neff)

Traduction presque simultanée pour ceux qui ne parlent que le turc : "Je l’ai fait pour l’argent, je l’ai fait pour une femme, je n’ai pas eu l’argent, je n’ai pas eu la femme..." qui est la première phrase prononcée par Walter Neff dans "Assurance pour la mort" de Billy Wilder (1944).

La suite est grandiose...

Double-Indemnity-Poster-C10126093.jpeg
Attention ce film injecte le virus de la cinéphilie
(clic sur affiche)


****


Matias Aguayo - Walter Neff (2008)

 

Pour écouter ne pas oublier de clic sur triangle blanc.

C'est fou comme ça fout la patate.


walter.jpg

J'aime beaucoup les morceaux de Matias Aguayo
et toujours mi-allemand et mi-chilien.

(son énorme "Minimal" dans notre cha cha cha rock'n'roll précédent)

Walter Neff, lui, est tout chaud.

Tu peux l'acheter ici
ou sinon (si sans scrupules) tu le sauves sous en cliquant droit sur Walter Neff plus haut.

 

 

10:30 Publié dans Arrête ton cinéma !, Sans image | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : musique, mp3, walter neff, billy wilder, matias aguayo |

Commentaires

les playlisters sont enfermés dehors, la clé de leur chaudière ayant disparu dans la webosphère...
un attentat ?
si vous ne nous voyez pas revenir rapidement, ne vous inquiétez pas, nous essayons de faire faire un double des clés par un serrurier compétent !

Écrit par : adrien (de rien) | mardi, 02 décembre 2008 17:23

ça y est, le serrurier nous a ouvert !

Écrit par : adrien (de rien) | mardi, 02 décembre 2008 20:58

Prochaine étape, les textes seront écrits à l'avance. Bienvenue dans le délicieux monde d'Hadopi ;-))

Écrit par : A | mardi, 02 décembre 2008 22:09

"Assurance sur la mort" est un magnifique film noir et une brillante réussite de Billy Wilder et Raymond Chandler. Je ne remets pas en cause ses grandes qualités (scénario, dialogues, photographie, interprétation géniale de Barbara Stanwyck et Fred MacMurray). Mais lorsque je me penche sur la carrière de réalisateur de Wilder, je m'aperçois qu'aux brillantes constructions de la première partie (1934-1959, jusqu'à "Some Like It Hot" inclus) j'ai tendance à préférer la profondeur des productions ultérieures (de 1960, à partir de "La Garçonnière", jusqu'à 1978 et "Fedora" - je laisse de côté "Buddy Buddy"). J'incline à penser que dans un premier temps, Wilder se sent peut-être davantage scénariste que cinéaste dans son approche du cinéma. La première période me paraît inégale, plus artificielle, malgré ses réussites ; la deuxième (dont le chef-d'oeuvre serait "Kiss Me Stupid"), moins brillante, mais plus dense, plus profonde. D'un faux chef-d'oeuvre (le passionnant mais surestimé "Sunset Boulevard") le remake cette fois est réellement l'accomplissement ("Fedora") ; les maladresses de "Stalag 17" font place à l'hilarant et audacieux "One, Two, Three" ; etc.

P.S. : j'espère pour vous que les serruriers de la webosphère sont moins onéreux que leurs collègues en chair et en os...

Écrit par : Lord Nithorynque | mardi, 02 décembre 2008 23:52

Tiens c'est amusant, le titre du billet dans la barre d'adresse mentionne "Walter Ness mon héros" et non "Walter Neff ce héros". Acte manqué ? Allusion à Elliot Ness ? ;-)

Écrit par : Lord Nithorynque | mardi, 02 décembre 2008 23:59

Ecrit par : Lord Nithorynque | mardi, 02 décembre 2008 23:59

Un mystère de plus de cette journée étrange ! En tout cas tout à fait d'accord sur l'analyse de l'œuvre de Billy Wilder... "One, Two, Three", quel régal !!!
Les serruriers ne nous ont pas coutés cher, mais leur explication est quelque peu surréaliste pour nous : "Le back office n’aime pas du tout votre tiret de « play-list »"...
Il y a donc un bureau, quelque part, derrière, qui n'aime pas notre tiret.

Écrit par : adrien (de rien) | mercredi, 03 décembre 2008 00:36

Oui effectivement Lord, ce fut un lapsus de ma part entre Ness et Neff !
Je suis comme mon collègue entièrement d'accord avec toi sur Wilder, mais Assurance pour la mort fut un véritable choc pour moi.
Et en parlant de choc, ce sera pareil avec "Shock Corridor" de Fuller, mais rien à voir ;-)

Écrit par : l'homme lisse | mercredi, 03 décembre 2008 01:22

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu