Avertir le modérateur

« Bande à part | Page d'accueil | Comptine d'ultra-gauche »

25 avril 2009

Grasse matinée...

Pas envie de me lever.

Juste rester dans ce semi-sommeil, continuer ce rêve en noir et blanc.

Plutôt rêve ou plutôt cauchemar ?

Un mélange de L'attaque des tomates tueuses et de Les rongeurs de l'apocalypse*, une série Z dans laquelle les monstres seraient des bébés de 50 mètres de haut, détruisant les immeubles de leurs gestes maladroits en poussant des hurlements terribles... Et heureusement qu'ils ont des couches, je préfère ne pas imaginer ce qui se passerait si ils se baladaient culs nus ! Dans ce rêve donc, après les classiques courses-poursuites qui n'en finissent pas, les chutes vertigineuses, les voitures écrabouillés par des pieds patauds, les rots gigantesques et les régurgitations démoniaques, j'arrive à m'échapper et à trouver refuge dans un hôpital, quand soudain je réalise que je me trouve dans le service maternité... Et là un cri me glace d'effroi...

Quoi ?

Hein ?

Elvis-Lénine pleure ?

L'heure du biberon ?

Ah...

J'y vais, oui...

Mais après je retourne me coucher, je veux connaître la suite !

 

 

* : voir plus bas, pour les curieux.

 

Man Man
Rabbit Habits (2009)

réalisé par Lex Halaby

 

747154a510db1869d91a0d7a6add41a4.jpg

Pour aller voir Man Man, un clic sur la pochette.

 

jak.jpg

Pour voir le prologue de Les rongeurs de l'apocalypse en français,
un clic sur l'affichette.

Pour en voir un extrait terrifiant, un clic sur Lapin...

Bonne grasse matinée !

 

09:28 Publié dans Arrête ton cinéma !, Perle | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : man man, lapin, musique, video, cinéma, rêve |

Commentaires

Mouarf, j'adore les régurgitations monstrueuses et le reste ;-))

Écrit par : agathe | samedi, 25 avril 2009 16:30

Quelles pouvaient être les motivations, en dehors du paiement de ses impôts, chez Janet Leigh pour accepter un rôle secondaire dans un film pareil, après avoir joué dans "L'Appât" de Mann ou "Touch of Evil" de Welles ? Le déclin de la carrière de l'actrice était déjà largement amorcé, mais en réalité il ne date pas du milieu des années 60 : la schize se situe précisément au moment du meurtre de Marion Crane dans "Psychose" (le rôle de sa vie et de sa mort, après lequel plus rien ne pouvait plus advenir).

Dans "Les Rongeurs..." (lointain remake de "Them!" avec des lapins à la place des fourmis) ce qui frappe chez l'actrice c'est son professionnalisme : ni relâchement ni second degré, ni prise de distance avec les dialogues qu'on lui fait dire ou les situations dans lesquelles on la place (les lapins attaquant la caravane dans laquelle elle se trouve avec sa fille). Les nanars les plus fascinants, comme les comédies réussies, nécessitent cette approche "au premier degré" de leurs rôles par les acteurs. (Idem pour l'approche du film dans son ensemble. Le nanar involontaire étant à mon sens plus réjouissant que les parodies trop conscientes de leurs effets).

Écrit par : Lord Nithorynque | samedi, 25 avril 2009 23:47

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu