Avertir le modérateur

« Un certain dimanche de l'année 1977 sur Antenne 2 vers midi : | Page d'accueil | Soeur Souris »

05 mai 2009

Amertume

Un goût amer dans la bouche.

Hadopi, encore Hadopi, qui me reste en travers du gosier.

Quand d'immenses artistes au talent sans limite comme Pascal "Captain Cavern Flower" Obispo & Co soutenait le projet d'espionnage généralisé des ordinateurs français mis en place par Christine Albanel et son nègre Pascal, je comprenais. Quand de magnifiques réalisateurs comme Luc "Hep Taxi" Besson faisait de même, j'arrivais encore à suivre. Les amis de mes ennemis sont mes ennemis. Peu importe les à-côtés du projet, peu importe que les internautes soient obligés d'acheter un logiciel espion à installer dans leur ordinateur, du moment que l'oseille tombe, tout va bien, le reste on s'en fout.

Mais voici que Michel Piccoli s'y met !

Notre Michel Piccoli !

Celui dont notre aïeule, Marie-Madeleine Playlist, était amoureuse en cachette. Celui dont elle disait, pendant qu'elle préparait ses merveilleuses omelettes à la morue : "Dommage qu'il ne soit pas basque, il a une tête à aimer les bonnes choses !"

Ben oui, voilà que Michel Piccoli soutient le projet et accuse les opposants de ne pas être de gauche... C'est triste de vieillir... On essaie de l'excuser, on se disant qu'à 84 ans, il n'a peut-être pas tout saisi des problèmes que pose cette loi... et on file se télécharger illégalement Le charme discret de la bourgeoisie de Luis Buñuel pour le revoir dans une brève apparition en pleine grâce.

 

The Boy Least Likely To
When Life Gives Me Lemon I Make Lemonade (2009)

 

844123294.jpg

un clic clic sur le tank suffira à vous
envoyer chez le duo anglais
dont l'album vient de sortir !

 

Commentaires

C'est pas tout à fait le Piccoli dont j'avais rêvé

Écrit par : Lord Nithorynque | mardi, 05 mai 2009 12:13

Hadopi picaca, encore et toujours :

http://www.ecrans.fr/Europe-L-amendement-138-zappe,7099.html

http://www.pcinpact.com/actu/news/50687-filtrage-experimentation-hadopi-contenu-source.htm

En rire ou en pleurer ?

Écrit par : adrien (de rien) | mardi, 05 mai 2009 14:10

toujours Hadopicon-bière :

bon billet d'Authueil, repris par Marianne http://www.marianne2.fr/Hadopi-artistes-degoche-ou-godillots-sarkozystes_a179356.html

Écrit par : adrien (de rien) | mardi, 05 mai 2009 14:55

le Authueil repris aussi par Vendredi.info

Sinon, du perfecto ici: http://fr.readwriteweb.com/2009/02/26/prospective/hadopi-est-une-mauvaise-reponse-faite-par-des-gens-desempares/

Écrit par : l'homme lisse | mardi, 05 mai 2009 15:20

Les vertus se perdent dans l'intérêt comme les fleuves dans la mer. Eternelle maxime de quelqu'un qui n'a jamais reçu de droits d'auteur...

Écrit par : brazz | mardi, 05 mai 2009 23:30

Ecrit par : brazz | mardi, 05 mai 2009 23:30

Je ne pense pas, en parlant de Piccoli, que l'intérêt soit en cause. Plutôt l'ignorance...

Écrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 09:22

Il faut être précis : le droit d'auteur est un droit moral "inaliénable". Personne n'a le droit d'en disposer, sinon les créateurs eux-mêmes. la loi sur le droit d'auteur ne porte pas sur l'exploitation de la chanson, mais sur l'oeuvre avant même qu'elle ne soit enregistrées.
Ce sont donc les créateurs (auteurs, compositeurs et interprètes) qui sont seuls à savoir s'ils veulent les dispenser gratuitement ou pas. C'EST À EUX. Martine Aubry est dans l'abus de pouvoir, elle n'a pas le droit de dire aux créateurs allez, je te donne deux chamelles, trois sacs de riz, et on en parle plus. La proposition d'Aubry donnera peut-être plus d'argent aux créateurs mais le droit d'auteur n'est pas une question d'argent. Qu'une chanson rapporte deux euros ou deux milliards de dollars, ce n'est pas le problème, le droit moral sur la chanson est le même.

Le public a un pouvoir énorme, celui du choix ! Il fait et défait le succès. Il ne peut avoir tous les pouvoirs. Les créateurs viennent-ils voir si comment leur public gagne sa vie et quelle part de leur budget il consacrent à l'achat de droits sur internet ou de disques?
Télécharger gratuitement, c'est comme taxer un CD à la Fnac.

Michel Piccoli ne prend pas la défense de la droite en optant pour Mme Albanel. Il a compris qu'elle ne se mêle pas du droit moral, elle sait qu'elle ne le peut pas étant elle-même auteur de théâtre.


Les créateurs demandent au gouvernement de statuer sur le vol, le gouvernement fait son boulot. Mais personne ne peut reprocher aux créateurs de garder leurs droits sur leurs oeuvres. même si l'on exige d'eux d'accepter d'être volés.

Écrit par : Laura Conti | mercredi, 06 mai 2009 10:44

Ecrit par : Laura Conti | mercredi, 06 mai 2009 10:44

Le problème n'est pas le droit moral. Le problème est le mouchard électronique et payant. Le flicage. La surveillance. La protection des majors et non des artistes, ou des auteurs. etc. etc.
Un des deux playlisters est auteur / interprète. Il me semble assez anti-hadopi aussi.
Étrange ?

Écrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 11:01

Mise à jour.

Rappelons les grands principes de droit (et leurs exceptions) dont nous sommes fiers, nous, Français :

- règle de la présomption d'innocence (sauf dans le cadre de la loi Hadopi, ou la règle est celle de la présomption de culpabilité),
- non-rétroactivité de la loi (sauf dans le cadre de la loi Hadopi),
- interdiction de la double peine (sauf dans le cadre de la loi Hadopi : coupure de la connexion + poursuite du paiement de l'abonnement),
- droit à un procès public (sauf dans le cadre de la loi Hadopi),
- légalité de la peine seulement si elle est prononcée par un juge (sauf dans le cadre de la loi Hadopi, ou une autorité administrative se substitue à l'autorité judiciaire),
- pas de condamnation sans preuve (sauf dans le cadre de la loi Hadopi),
- pas d'automaticité de la peine (sauf dans le cadre de la loi Hadopi),
- toute peine prononcée ne s'applique qu'au seul l'auteur des faits délictueux ou à ses complices (sauf dans le cadre de la loi Hadopi, et dans le cadre des membres d'une "bande", passibles de trois ans de prison si un autre membre de la même bande a commis un délit, la définition de "bande" étant du ressort du ministère de l'intérieur),

Rappelons aussi ce grand principe du droit françaais :
- en ce qui concerne les personnes mises en examen, la liberté est la règle, et l'incarcération l'exception (sauf dans le cadre de Julien Coupat)

Écrit par : Lord Nithorynque | mercredi, 06 mai 2009 11:54

HS/

Ajoutons également que désormais, les cagoules ne seront interdites qu'aux vrais manifestants, pas aux policiers déguisés dont la mission est de créer des troubles à l'ordre public pour justifier des arrestations.


Cf. les révélations du Canard Enchaîné paru aujourd'hui.

Des policiers en civil ont volontairement provoqué les gendarmes mobiles chargés de disperser la fin du cortège du 1er Mai à Paris, place de la Bastille. "Une demi-douzaine d'encapuchonnés, baskets aux pieds, crânes rasés et bardés d'autocollants 'Casse-toi pauv'con' ou 'Rêve général', volent au secours de leurs camarades zonards", "un groupe de jeunes punks" qui se trouvaient sur les marches de l'Opéra-Bastille, raconte le journal. La tension monte, les interpellations aussi, "sauf la demi-douzaine de provocateurs qui réussissent à s'évaporer. Et pour cause", souligne Le Canard.

L'hebdomadaire satirique déclare disposer de photographies de ces "chauffeurs", sortant peu auparavant "deux par deux, de fourgons de police stationnés boulevard Richard-Lenoir". Du côté de la préfecture de police, on ne nie pas les faits.

Ces policiers en civil qui traquent le flagrant délit, quitte à le susciter, font partie d'une "compagnie de sécurisation", créée officiellement en 2005 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur, afin de "protéger les manifestants" contre les casseurs à l'issue des manifestations lycéennes. Depuis, cette compagnie a écumé d'autres manifestations et, selon le journal, "il est question d'en créer d'autres ailleurs en France".

Écrit par : Lord Nithorynque | mercredi, 06 mai 2009 11:56

Ecrit par : Lord Nithorynque | mercredi, 06 mai 2009 11:54

Précision :
La bande des internautes français téléchargeurs comprendrait environ 25 000 000 membres (source : Luc Besson)

Écrit par : Lord Nithorynque | mercredi, 06 mai 2009 12:05

Serait-ce possible d'effacer mon adresse mail malencontreusement affichée, svp... je risque d'être submergé par les millions de mails d'admiratrices... ;-)

Écrit par : Lord Nithorynque | mercredi, 06 mai 2009 12:12

Ecrit par : Lord Nithorynque | mercredi, 06 mai 2009 12:12

Vos désirs sont des ordres, my Lord, mission accomplie !
(et merci pour vos commentaires judicieux)

Écrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 12:23

Oui, le droit d'auteur, Beaumarchais, les grands principes.
Et toute loi, quelle qu'elle soit, allant dans le sens de la perpétuation de ça, d'un droit moral inaliénable, va forcément dans le sens du droit...
Le droit d'auteur, justement, n'est pas discuté, on ne discute que son allongement temporel (comme quoi, il bouge). Rien sur le reste, sur les techniques de copie, de diffusion, sur les phénomènes de rente, sur l'industrie, sur "l'oeuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique". Rien, hormis sa conservation.
Le droit pourtant doit évoluer, il n'est pas figé dans une position de principe qui surplombe l'art, les pratiques ; la création-même...
On ne "discute" que du reste, ce reste qui agit, aux yeux des ayant-droits, comme le droit lui-même.
On ne parle que surveillance, présomption de culpabilité, filtrage etc. Il aurait été passionnant de se demander ce qu'est ce droit aujourd'hui, qu'est-ce que l'industrie culturelle, comment faire vivre la création... Mais, évidemment, ce n'est pas le trip du pouvoir actuel.
On assiste juste à la simple conservation d'un droit bêtement de propriété, avec tous les moyens requis. Et aussi, un débordement de ces moyens vers tous les secteurs de la communication, de l'Internet, des données personnelles (tout ce champ qui ne semble pas relever d'un droit inaliénable, ni d'ailleurs d'un droit fondamental). Il y a finalement une promotion des formes mortes.
Ce fameux droit qui donne l'invisibilité des films de Etaix.

Écrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 12:59

Ecrit par : Laura Conti | mercredi, 06 mai 2009 10:44

"Télécharger gratuitement, c'est comme taxer un CD à la Fnac.":
Nous payons déjà des taxes sur les disques durs, cassettes, cd vierges, lecteur mp3... non ?
Mais pourquoi bon dieu ?

Écrit par : Pff ! | mercredi, 06 mai 2009 13:02

"Un timbre collector pour les adieux de Johnny Hallyday. La Poste édite à l'occasion de la dernière tournée du chanteur un timbre dédié aux fans, disponible sur internet dès aujourd'hui et pendant toute sa tournée baptisée "Tour 66"."

Écrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 13:03

Ecrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 12:59

+1

Écrit par : Lord Nithorynque | mercredi, 06 mai 2009 13:31

Ecrit par : Lord Nithorynque | mercredi, 06 mai 2009 12:12

Les millions de mails d'admiratrices seront redirigés vers f@orange.fr

Écrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 13:42

Ecrit par : Lord Nithorynque | mercredi, 06 mai 2009 13:31

+1 ;-)

Écrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 13:46

Ecrit par : Laura Conti | mercredi, 06 mai 2009 10:44


Désolé, mais autant te dire que tu as tout faux, comme Piccoli, que je respecte profondément, mais qui là, a visiblement trop picolé (j'ai pas pu me retenir). D'un autre coté, j'ai toujours trouvé Michel meilleur dans les rôles de salauds ( Le sucre, Le prix du danger, etc...).

Le droit d'auteur, même si il est absolu, n'est certainement pas opposable au droit des libertés individuelles. Hadopi est une mauvaise loi dans le sens où elle oppose un droit à un autre, en l'occurrence le droit d'auteur contre le mien et celui de tout autre citoyen, de pouvoir surfer librement sans avoir l'impression d'avoir un coloscope enfoncé dans le derrière (même si internet est déjà très largement surveillé, échelon, le "patriot act", etc, etc...).

Cette loi prévoit que chaque citoyen soit responsable de sa ligne internet. Pourquoi devrais-je sécuriser ma connexion internet alors que les "professionnels de la profession" (merci JLG) n'y arrivent même pas? Les exemples sont légions : le ministère de la défense s'est fait pirater le réseau de la marine nationale, une horde de hacker chinois pirate les ambassades du monde entier, le pentagone s'est fait voler des infos sur le "super avion du futur ultra top secret"...etc, etc...

En gros ce que propose Hadopi c'est : Quelqu'un te vole ta bagnole et écrase un piéton. C'est ta bagnole, t'avais pas mis d'alarme... donc c'est toi le coupable. Tu commences par aller en taule, et si t'es pas d'accord tu fait un procès, mais en attendant le verdict, tu restes en prison. Et le droit d'auteur justifierai que l'on utilise de telles mesures d'exceptions...internet va devenir Guantanamo !

Ça c'est pour le fond du problème...

Pour la forme, Hadopi sera une loi totalement inefficace, car très facile à contourner. De plus télécharger c'est voler est faux.

Petit exemple : la France est avec l'Espagne le pays ou il y a le plus de "team de subber" qui sous-titre les animes de manga japonais, que l'on peut ensuite télécharger sur internet avant qu'ils ne soient sous licence commerciale. Donc tous ces animes sont téléchargés et diffusées avant même leur commercialisation. Et pourtant, quels sont les deux pays où les studios japonais vendent le plus de mangas et d'anime... la France et l'Espagne. Étonnant non ? En vendraient-ils plus si les teams de fansub étaient interdites et poursuivies. Non bien au contraire, les animes japonais seraient complètement méconnus (et les studios japonais se gardent bien de poursuivre ces contrevenants qui ne respectent vraiment pas le droit d'auteur...). Idem pour le cinéma asiatique qui sans internet n'aurait certainement pas une telle audience en France aujourd'hui.

La culture ne peux pas mourir d'une trop grande diffusion, au contraire c'est ce qui la fait vivre. En tout cas c'est là dessus que devrait porter le débat, au lieu d'être purement mercantile.

Internet propose de nouvelles méthodes de diffusion de la culture. Tôt ou tard les acteurs culturels seront forcés de s'adapter, on arrête pas le progrès numérique en marche.

Hadopi va juste faire prendre dix ans de retard à la France en terme de développement d'internet.

Désolé pour le pavé...

Écrit par : Pierre | mercredi, 06 mai 2009 14:25

Ecrit par : Laura Conti | mercredi, 06 mai 2009 10:44

Puisqu'il faut être précis : le piratage constitué par le téléchargement d'un fichier sans l'accord des ayant-droits n'est pas un vol. Le vol est la soustraction frauduleuse de la chose d'autrui. Faire une copie d'un fichier n'est pas voler ce fichier. C'est une contrefaçon.
Télécharger ce n'est donc pas "comme taxer un CD à la Fnac." C'est comme enregistrer un morceau de musique diffusé à la radio.

Écrit par : ajout tardif | mercredi, 06 mai 2009 14:39

Ecrit par : ajout tardif | mercredi, 06 mai 2009 14:39

Oui, mais là, il ne s'agissait pas d'être précis mais de véhiculer le slogan de bon sens, fruit des cerveaux subtils des promoteurs du projet, compréhensible par tous et qui induit le soutien à Hadopi : "pirater", c'est comme voler une pomme.

DJ Food - Raiding the 20th Century :

http://mediamogul.seas.upenn.edu/pennsound/authors/DJFood/DJ_Food_-_Raiding_the_20th_century.mp3


"Plunderphonics, or Audio Piracy as a Compositional Prerogative" by John Oswald :

http://www.plunderphonics.com/

Écrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 15:05

Ecrit par : l'homme lisse | mardi, 05 mai 2009 15:20

Pas mal, effectivement.

Je retiens :

"Outre le fait de passer d’une pratique illégale mais finalement tolérée sur laquelle on peut encore faire un travail de prévention et d’éducation, elle va rapidement mettre en œuvre des réseaux souterrains d’échanges, basés sur les affinités culturelles, où la force de prescription, du fait de la nature humaine de l’échange, sera d’une puissance telle qu’aucune offre légale ou non ne pourra, pas la suiten la détrôner."

Écrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 16:51

"L’eurodéputé du pays d’Arles Guy Bono vient d’envoyer un communiqué pour se féliciter de ce « jour historique pour la démocratie européenne ». Le rejet du compromis du paquet télécom par le Parlement européen et le vote en faveur de l’amendement Bono dit 138 l’a été a une très large majorité, « rejetant de fait le compromis avec les 27 sur le paquet télécom » explique le parlementaire. Les chiffres officiels sont sans compromis, eux : 407 pour, 171 abstentions, 57 contre."

La suite dans ma signature...

Écrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 17:24

Comme quoi, la version Albanelo-sarkozo-lefebvresque du vilain piratage, et ce malgré le bon gros sens partageable, n'est pas une vérité en soi...

www.independent.co.uk/arts-entertainment/music/news/its-not-a-crime-to-download-say-musicians-1643217.html

http://fr.readwriteweb.com/2009/03/23/a-la-une/les-artistes-anglais-contre-la-criminalisation-des-pirates/

Décidément, ces anglais ont un curieux sens de l'Histoire...

Écrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 17:25

Ecrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 17:25

Tu m'as coupé l'herbe sous le pied, j'allais parler de la position des artistes anglais...
Les propositions de la Featured Artists Coalition sont là :
http://www.featuredartistscoalition.com/mediainline/launch41008.html

Écrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 17:35

Mais - car il y a un mais - les allemands s'énervent :
http://www.numerama.com/magazine/12808-RapidShare-communique-l-adresse-IP-d-un-uploader-a-Universal.html

Un coup de Paskal Neger ?

Écrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 17:40

Et pour finir pour aujourd'hui :
http://ipodah.net/

Écrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 17:45

Ecrit par : adrien (de rien) | mercredi, 06 mai 2009 17:45

Chuuuuutttttt, ils croient que Hadopi va marcher...



Un peu de lecture :

www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre22172.html

Écrit par : f | mercredi, 06 mai 2009 17:47

C'est bien la première fois qu'on me traite de Nazi. J'en suis bien attristé.
http://www.numerama.com/magazine/12839-Maxime-le-Forestier-compare-les-internautes-aux-nazis.html

Écrit par : Lord Nithorynque | jeudi, 07 mai 2009 03:25

Ecrit par : Lord Nithorynque | jeudi, 07 mai 2009 03:25

Allons, allons. Pour nous vous êtes le frère que nous n'avons jamais eu, celui qui vit dans une maison bleue adossée à la colline, celui qui est né quelque part...

Écrit par : adrien (de rien) | jeudi, 07 mai 2009 09:30

Citons Le Forestier :
"Je suis un homme dangereux
Pour mes semblables
Je suis un pauvre malheureux
Irresponsable."
http://www.nomorelyrics.net/fr/Maxime_Le_Forestier/Lirresponsable-paroles.html

Écrit par : Lord Nithorynque | jeudi, 07 mai 2009 10:05

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu