Avertir le modérateur

24 mars 2008

La séance de 16h25

Les chocolats sont avalés,

la chasse aux oeufs terminée,

les visages débarbouillés,

la crise de foie peut commencer.

 

Alors en attendant, nous allons regarder un petit film.

Un tout petit film noir, une bonne idée de 1mn 44s,

une surprise.

 

 

Bon film !

 

 

 

 
Surprise
réalisé par Ben Dodd (2006)
 
 
 
 
 
 
f1b15feac241d2ba982551c0d575cf0e.jpg
 
clic sur le carrelage pour en savoir un peu plus sur Surprise 
 
 
 
 

16:25 Publié dans Arrête ton cinéma ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, court-métrage, surprise, ben dodd, vidéo |

14 mars 2008

(Strip) Teasing, suite et fin

Et voilà, fin du suspense.

Nous vous avons teasés ici et , nous vous avons attisés, et tout ça pour quoi ?

Pour ça :

aujourd'hui commence la 10ème édition d'Extrême Cinéma à la Cinémathèque de Toulouse.

 

Hein ? Mais qu'est-ce que c'est Extrême Cinéma ? Un festival de films réalisés par des militants extrémistes de tous bords ? Des films réalisés par des gens qui se jettent des avions sans parachute avec des rollers ? Des films sur l'extrêmement grand et l'extrêmement petit ? Des films projetés la tête en bas dans un igloo ?

Non, rien de tout ça, ou tout ça à la fois, simplement des films que vous aurez peu de chances de voir ailleurs, parce que trop : trop choquants, trop mauvais, trop politiquement incorrects, trop sexy, trop bizarres, trop trop.

Trop extrêmes

 

Pour fêter ce dixième anniversaire, l'extrémiste équipe vous a préparé un concentré de choix, qu'ils ont intitulé "Menu Best-of", et dans lequel vous pourrez voir, en vrac :

- "La Sorcellerie à Travers les Âges", film muet de Benjamin Christensen, accompagné en cinémix électro par GDZ (ce soir, si vous avez la chance d'être à Toulouse, courez-y !!!)

- Deux des meilleurs films de Russ Meyer, le faulknerien "Mudhoney" (voir plus bas) et le swinguant "Beyond The Valley Of The Dolls"

- Linda Lovelace bien embêtée quand elle s'aperçoit qu'elle a un clitoris au fond du gosier dans "Gorge Profonde" de Gerard Damiano

- Le/la grand(e) Divine chantant et dansant dans "Hairspray" de John Waters (voir plus bas)

- Ann-Margret fouettant Roger Daltrey avec sa tignasse dans "Tommy", adapté de l'album éponyme des Who par Ken Russell (voir plus bas)

- des paranoïaques des seventies, des gourous tueurs en série, des diables qui surgissent, des morts-vivants, des rednecks et des crocodiles, des couples assasins, un extra-terrestre noir, des moulinettes pour faire la vinaigrette, j'en passe et des meilleurs !  

 

Le programme complet, en cliquant sur programme complet

 

 

 
Bande-annonce de "Mudhoney"
réalisé par Russ Meyer (1965)
 

 

 
Bande-annonce de "Hairspray"
réalisé par John Waters (1988)
 

 

 
Extrait de "Tommy"
réalisé par Ken Russell (1974)
 

 

39baa0d8678031ec28dc0db45433a4a3.jpg

Ces jeunes extrémistes cinématographiques ont par ailleurs un site, mais ce sont de grosses feignasses, et ils ne le mettent à jour que les années bissextiles. Malheureusement, ils ont perdu leur calendrier des postes, et ne se sont pas rendus compte que 2008 en était une. Vous pouvez quand même aller y jeter un oeil, en faisant clic clic sur l'oeil droit du lutteur mexicain !

 

08:00 Publié dans Arrête ton cinéma ! | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : toulouse, cinéma, extrême cinéma, video, tommy, russ meyer, hairspray |

12 mars 2008

Boire, pour oublier ?

Bizarre, bizarre.

J'ai dit bizarre ?

Oui, bizarre que le ralliement du Modem à la liste UMP à Toulouse me reste tellement en travers de la gorge... Après tout, ça ne fait que conforter l'opinion que j'ai du Modem depuis qu'il existe, un parti sans idéal, un parti de droite déguisé en parti centriste "de bonne volonté", un parti d'opportunistes... 

Malgré tout, je ne digère pas cette fusion toulousaine.

J'ai cherché comment faire un billet avec tout ça, trouver un angle d'attaque, un titre (pour le titre, j'avais "Modem Life Is Rubbish", dont j'étais assez fier), etc...  

Et puis ras-le-bol ! 

 

Alors hier soir, pour penser à autre chose, j'ai ouvert ce livre que je n'avais pas relu depuis longtemps, "Mon dernier soupir" de Luis Buñuel. Une autobiographie (semble-t-il assez enjolivée) qui se déguste écrite par un cinéaste (avec l'aide de son ami le scénariste Jean-Claude Carrière) que j'affectionne . Et je suis retombé sur ce passage qui m'a donné soif :

 

"Dans un bar, pour provoquer ou entretenir une rêverie, il faut du gin anglais. Ma boisson préférée est le dry-martini. Étant donné le rôle primordial que le dry-martini a joué dans cette vie que je raconte, je dois lui consacrer une page ou deux. Comme tous les cocktails, le dry-martini est probablement une invention américaine. Il se compose essentiellement de gin et de quelques gouttes d'un vermouth, de préférence du Noilly-Prat. Les véritables amateurs, qui aiment leur dry-martini très sec, allaient jusqu'à prétendre qu'il fallait simplement laisser un rayon de soleil traverser une bouteille de Noilly-Prat avant d'aller toucher un verre de gin. [...]

Autre recommandation : il faut que la glace utilisée soit très froide, très dure, pour qu'elle ne lâche pas d'eau. Rien de pire qu'un martini mouillé.

Qu'on me permette de donner ma recette personnelle, fruit d'une longue expérience, avec laquelle j'obtiens toujours un assez vif succès.

Je mets tout le nécessaire dans le réfrigérateur le jour qui précède la venue de mes invités, les verres, le gin, le shaker. J'ai un thermomètre qui me permet de vérifier que la glace est à une température d'environ vingt degrés en-dessous de zéro. 

Le lendemain, quand mes amis sont là, je prends tout ce qu'il me faut. Sur la glace très dure je verse d'abord quelques gouttes de Noilly-Prat et une demi-cuillerée à café d'angostura. J'agite le tout, puis je vide. Je ne garde que la glace, qui porte la trace légère des deux parfums, et sur la glace je verse le gin pur. J'agite encore un peu et je sers. C'est tout, mais il n'y a rien au-delà." 

 

Et puis je me suis rappelé cette scène, dans "Le Charme Discret de la Bourgeoisie" du même Buñuel, avec ce bourgeois qui explique comment confectionner un dry-martini, et qui se moque du pauvre chauffeur qui ne sait pas le boire...

 

Et puis je me suis souvenu de ce morceau des Pixies, "Debaser", dans lequel Frank Black chantait :

"don't know about you
but i am un chien andalusia
i am un chien andalusia
i am un chien andalusia
i am un chien andalusia
wanna grow
up to be
be a debaser..."

en hommage au "Chien Andalou", toujours Luis Buñuel...

 

Et voilà, j'avais oublié le Modem toulousain, et j'avais écrit un billet.

 

Sans boire ! 

 

 

 
Extrait de "Le Charme Discret de la Bourgeoisie"
réalisé par Luis Buñuel (1972) 

 

 

 
The Pixies
Debaser (1989) 

 

08 mars 2008

(Strip) Teasing #2

Mesdames et messieurs, voici venu le temps de la deuxième partie de notre teasing.

J'en entends, là-bas, au fond, qui chuchotent : "Mais... Du teasing pour quoi ? Pour qui ? Qu'est-ce qui se passe ?"

Vous n'aurez la réponse que dans une semaine...

Et oui, encore une semaine à patienter, à trépigner, à vous demander ce qui va bien pouvoir arriver de si extraordinaire... 

 

En attendant, un peu de cul-ture, un peu de musique, un peu de tenues sexys et de liens savamment noués... et uniquement des femmes, en cette journée qui leur est consacrée (pourquoi une seule dans l'année, d'ailleurs ?) !

 

Pour commencer, comment faire un clip à partir d'une séquence de film cul-te :

- prenez un film de Russ Meyer, le pape du cinéma mammaire, en l'occurrence "Beyond The Valley Of The Dolls" (retitré "La Vallée Des Plaisirs" ou "Hollywood Vixens" en français, allez comprendre !), et cherchez la scène durant laquelle les héroines font un concert pendant une soirée...

- prenez un groupe de filles tendance Motown années 60, un concept-band comme aiment le dire les puristes, et tournez la même scène, en l'adaptant aux besoins du morceau. Le groupe, c'est The Pipettes, le morceau s'intitule "Pull Shapes", et l'album tout simplement "We Are The Pipettes"...

- Et hop, le tour est joué, vous avez fait du neuf avec du vieux, et en plus vous dansez comme des malades dans votre appartement exigu !!!

Maintenant, poussons les meubles, regardons, écoutons et comparons !

 

 
Beyond The Valley Of The Dolls
Réalisé par Russ Meyer (1970) 


 
The Pipettes
Pull Shapes (2006) 

 

Bon, assez dansé, maintenant vous avez des bleus partout (on vous avait pourtant dit de pousser les meubles !).

Il est temps de justifier une partie du titre de ce billet, la partie "(Strip)"...

Et zou, c'est parti pour une nouvelle séquence en deux parties, plus sensuelle celle-ci, réalisée dans les années 50 par le photographe bondage Irving Klaw et interprétée par la plus belle et la plus célèbre de toutes les pin-ups, Miss Bettie Page (renommée Betty pour cette scène, comme pour toutes ses rares apparitions filmées)...

La musique de la seconde partie est de Rob Zombie, musicien et cinéaste spécialisé dans les ambiances de série Z.

La pauvre Bettie se fait endormir et ligoter par deux coquines en dessous affriolants... Mais que va-t'il lui arriver ?!?

Ah, je vois les yeux de certains qui s'ouvrent un peu plus, les gouttes qui coulent le long de l'échine, les mains qui se font moites...

Allez, c'est parti !!! 

 

 
 
Bettie Page in "Betty Gets Bound and Kidnapped Parts 1 & 2"
Réalisé par Irving Klaw (années 50) 
 

Et rendez-vous vendredi prochain pour la fin de cet insoutenable suspense !!!

 

  

01 mars 2008

(Strip) Teasing #1

Plus que deux semaines !!!!

Deux semaines ?

Deux semaines avant quoi ?

Ben, vous le saurez dans deux semaines !

Et pour patienter :

 

 
The Cramps
Bikini Girls With Machine Guns (1990) 

 

 

c5a4f0b35692e8919cd39ba4f34fd7d7.jpg
 clic clic sur la mitraillette de Poison Ivy pour un site complet,
et si tu as trop peur, le lien wikipedia est  
 
 
 

17:00 Publié dans Arrête ton cinéma !, Musique, maestro ! | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : the cramps, cinéma, musique, video, strip tease |

22 février 2008

N'arrête pas ton cinéma !

Ce soir, plutôt que de rester scotchés sur votre canapé devant la cérémonie des Césars, vous aviez décidé d'aller au cinéma.

Oui, vous vouliez aller vous faire une toile plutôt que regarder les étoiles,

plutôt que supporter les remerciements sans fin à toute l'équipe sans qui rien n'aurait été possible,

plutôt que voir le César du court métrage expédié en 30 secondes entre deux discours interminables,

plutôt que devoir entendre les blagues vaseuses de fabuleux techniciens paralysés par le trac...

Et bien non.

Ce soir, vous soutiendrez les salles d'Art et Essai et de Recherche, vous lirez le communiqué qu'ils vous ont écrit.

Ce soir, vous lirez ce qu'a écrit Antoine de Baecque sur le site de Rue89.

Ce soir, vous aurez peur, parce que bientôt tous les soirs seront comme ce soir, parce que bientôt  le cinéma ne sera plus qu'une grosse pompe à phynances, parce que bientôt l'industrie l'aura emporté sur l'art. 

Voilà.

Ce soir vous serez en deuil, en lutte, en réflexion, vous serez vivants, parce que le cinéma c'est la vie...

 

 
L'internationale
Extrait de La Chinoise de Jean-Luc Godard (1967) 



 
Mao Mao
Chanson de Claude Channes
Extrait de La Chinoise de Jean-Luc Godard (1967)
 
 
56613ba1e7f176d77755a759990bd3ee.jpg
clic clic sur la pochette pour en savoir plus sur Claude Channes
 
et
 
56826ce19b768419f8407b50402a5a9e.jpg
clic clic sur l'affiche pour en savoir plus sur La Chinoise. 
 
 
 

21 février 2008

Groovy Baby !

Une soirée un peu arrosée hier soir à Kollywood nous a empêchés de faire un billet ce matin.

Bon, nous devons l'avouer, le mélange cari tamoul et champagne rosé à gogo nous a été fatal...

Le temps de digérer et de soigner nos pauvres têtes, vous pouvez danser au sons des orchestres qui ont accompagné ce festin !

Pour commencer, Ilamai Itho Itho, chanté par S.P. Balasubramaniam sur une musique de Ilaiyaraaja (extrait du film de Kollywood "Sakala kalaa vallavan")... Allez, démarre ta moto et danse avec nous !

La soirée s'est poursuivie (et achevée) avec une merveille de funk groovy elle aussi composée par le maître Ilaiyaraaja, cette fois-ci extraite du film "Ellam Inba Mayam". Enfilez vos perruques afros, vos pantalons pattes d'éph à paillettes, et zou, sur la piste, les bras en l'air !!!!

Ah, j'oubliais ! Le morceau s'appelle Solla Solla Enna Perumai !!!

Demain retour à la normale...

Bonne journée !!!

 

 

15:30 Publié dans Arrête ton cinéma !, Zéro de conduite | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bollywood, cinéma, musique, vidéo, inde |

18 février 2008

Le lundi de rien.

En remplacement du lundi de Pentecôte, qui nous énerve à ne pas savoir si il est travaillé, chômé, religieux, laïc, gérontophile ou quoi que ce soit d'autre, play-list instaure le "lundi de rien".

Ce lundi est un jour libre.

Ce lundi sera choisi aléatoirement et annuellement par un des membres de play-list, au moyen d'un calendrier des postes, d'un bandeau sur les yeux, et d'un feutre rouge.

Cette année, le "lundi de rien" a lieu aujourd'hui, lundi 18 février.

Vous pouvez en profiter pour rester au lit à rêvasser, à écouter les oiseaux chanter leur retour, à lire des poèmes d'Arthur Cravan, à regarder une comédie musicale de Vincente Minnelli, à feuilleter un catalogue de vente par correspondance, à aller travailler...

C'est comme vous voulez, c'est un jour libre, c'est le lundi de rien.

Nous, on sait ce qu'on va faire... 

 

 
Birdcalls
réalisé par Malcolm Sutherland (2006)
 
 
1f0093642332b56bd99da99b82b911e8.jpg
clic clic sur les jolis traits pour aller visiter Malcolm
mais quand tu es chez lui, n'oublies pas de clic clic sur la maison et sur la boîte ! 
c'est le lundi de rien, tu as le droit !
 

 

13 février 2008

Arrêt de travail

En raison du projet de suppression de la publicité sur ce blog, le personnel de play-list s'est mis en grève pour la journée. Donc pas de dialogues idiots, ni de vrai-faux sms, pas même de problèmes de mathématiques, de bonbons ou de perles...

Nous pourrons interrompre cette arrêt momentané des chroniques quand bon nous semble.

En attendant le début des négociations, nous vous proposons un programme musical et cinématographique composé de deux nouveautés. 

Si vous soutenez notre lutte, vous pouvez les diffuser en boucle tout au long de la journée.

Merci. 

 

 

Pour commencer, un clip tout chaud, d'il y a quelques heures :

 
Radiohead
Videotape (2007)

 

Et pour continuer, le film vainqueur de la catégorie Labo du Festival du court métrage de Clermont-Ferrand :

 
Pikapika, Lightning Doodle Project
réalisé par Kazue Monno & Takeshi Nagata (2007) 
 

 

10 février 2008

La séance de 23h52

C'est la fin du weekend,

un weekend comme tous les autres, avec le père qui se justifie, le fils qui retourne sa veste... 


On regarde un petit film avant d'aller se coucher ?

Oh oui ! Un clin d'oeil / hommage à Godard et à la nouvelle vague, réalisé par un anglais ?

Youpi ! 

 

bb6dc2fbd5a859f6f5bba079d273e060.jpg
(une page en anglais à propos du film en faisant clic clic sur l'affiche)
(une petite page en français en faisant clic clic sur clic clic
 

 

 

 
Je t'aime John Wayne
réalisé par Toby MacDonald (2000)
  

 

 

23:50 Publié dans Arrête ton cinéma ! | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : nouvelle vague, cinéma, toby macdonald, court-métrage |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu